Un jour à la fois (au secours, j’ai un bambin!)

(Le p’tit lien Bloglovin. Désolée du lien sans rapport avec l’article. J’essaie de prouver à Bloglovin que c’est bien mon blog. Vous pouvez me suivre si vous voulez!)

Hier, j’ai vécu LA pire journée de ma vie de maman.

Vous vous souvenez de mon article paru en juin, Mille et une façons de me faire sourire, où j’affirmais que la veille avait été parmi les pires journées que j’avais vécues jusque là? Eh bien cette journée-là n’arrive même pas à la cheville d’hier.

Arc-en-ciel

Je ne vous détaillerai pas tout. La seule chose à savoir, c’est que du moment où Arthur s’est levé jusqu’au moment où il a enfin accepté d’aller faire une sieste, il s’est écoulé 3 heures et 10 crises monumentales. Je parle cris, coups de pieds, visage rouge, pendant 5 minutes. Arthur ne m’entendait pas quand il était dans cet état, aucun mot doux, aucune berceuse, aucune caresse n’a réussit à le calmer. Il a fait une longue sieste dans mes bras (ça épuise, s’époumoner comme ça) et à son réveil j’ai retrouvé le petit garçon curieux, affectueux et blagueur qu’il était avant de se transformer en Terrible Two.

Oui, Terrible Two.

À 15 mois et demi.

Le gars qui a inventé cette expression devrait être poursuivi pour fausse publicité!

Ce matin, j’anticipais une journée semblable. Eh bien non. Il y a eu quelques petites crises, les repas ont été difficiles comme à l’habitude, mais globalement la journée s’est bien déroulée. Arthur m’a fait plein de bisous, il a eu une longue conversation apparemment sérieuse dans son téléphone Fisher Price, il a dansé avec moi sur la chanson thème de One Tree Hill et autres chansons sorties tout droit du début des années 2000, et il a fait une sieste tout seul.

La morale de l’histoire: ça ne sert à rien d’anticiper. Même si c’est dur, même si j’aurais envie de me préparer au pire, il vaut mieux prendre un jour à la fois. À chaque soir, on efface. Demain, ce sera peut-être la nouvelle pire journée de ma vie de maman, ou peut-être pas. Pourquoi stresser et gâcher le goût de mon café de 22h?

Je suis consciente que cet article est mal écrit, mais j’ai besoin de le publier quand même pour pouvoir y revenir plus tard. Dans deux mois, dans six mois, à la prochaine journée de m…, je veux pouvoir relire mes propres mots et me rappeler que ça va passer, que ça peut aller mieux demain. Et si l’une de vous me lit et traverse la même période difficile, alors j’aurai fait une pierre deux coups. Courage, maman qui me lit, ça va bien aller!

Avez-vous des trucs pour survivre au Terrible Two?

Source de l’image: Christos Tsoumplekas

Publicités

4 commentaires sur « Un jour à la fois (au secours, j’ai un bambin!) »

  1. Y’a comme pas de truc, c’est ça l’affaire! On attend que ça passe… et on profite des bons moments quand même!

    Ici, naïvement, je pensais que j’aurais une pause, une accalmie, dès le jour de l’anniversaire de ses 3 ans. Ah ah ah! Le «threenager», qu’ils disent!

    Une chance qu’on les aime, hein! 🙂

    J'aime

  2. J’en suis encore loin du terrible two, cependant, avec les dents qui nous embêtent depuis près de 6 mois, il y a effectivement des jours plus difficiles, et c’est vrai que parfois on se fait un monde du lendemain…qui se passe pourtant bien!
    Mais c’est là toute la richesse de la maternité, chaque jour est différent, on est sur le fil, et il faut savoir être inventive, c’est passionnant fianalement (bien qu’éreintant!).
    Bon courage, et effectivement, un jour à la fois 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s