Facebook, je te hais

Tout le monde y est, y compris ma grand-tante qui vit dans un couvent. J’y suis aussi. J’y publie (trop) de photos d’Arthur, j’y partage des articles intéressants et j’y passe beaucoup de temps, particulièrement sur les groupes dont je suis membre. Mais voilà, Facebook est le réseau social que je déteste le plus.

Voici, sans plus tarder, cinq raisons pour lesquelles je n’aime pas Facebook.

Les statuts que personne ne comprend

TrucMuche: Ah que ça va mal…
Ami de TrucMuche: Que se passe-t-il?
TrucMuche: Je ne veux pas en parler…

Sans oublier les statuts écrits seulement pour une ou deux personnes. «Merci ChoseBine, c’est très apprécié!» Mouais, Facebook a la fonction messagerie privée, tu devrais l’essayer, c’est plutôt bien.

Un débat civilisé? Qu’est-ce que c’est?

Les discussions sur Facebook dérapent un peu, beaucoup trop facilement. Dès qu’il y a divergence d’opinion, certaines croient que c’est une invitation pour insulter librement, sans conséquence. Le pire qui peut arriver, après tout, c’est que notre opposant nous bloque ou qu’on soit mis à la porte du groupe. No big deal, ça nous donne l’occasion de nous plaindre de la censure.

C’est vrai partout sur Facebook, mais sur certains groupes de maternité ça prend une ampleur épouvantable. Les administratrices d’un groupe dont je tairai le nom ont décrété que j’étais une mauvaise mère, et de ce fait que je ne pouvais prétendre être mère proximale, parce que j’ai commis l’irréparable erreur de faire garder mon fils avant ses 3 ans. Pire: je confie parfois Arthur à mon copain, son papa, pour sortir quelques heures, et j’ai le culot de ne pas considérer ça comme «faire garder»! Appelez les services sociaux, ça n’a pas de sens être irresponsable comme je le suis!

Des propos carrément haineux

Ça peut aller encore plus loin que les simples insultes quand on touche à un sujet chaud comme le féminisme ou la religion. Des menaces de viol, des incitations à la violence ou des «dommage que la peine de mort n’existe pas pour des gens comme toi», j’en ai vu trop souvent.

Et quand on signale ces messages haineux à Facebook, on nous répond que le message ne contrevient à aucun règlement du site.

Par contre, publiez une photo d’allaitement et ils la supprimeront.

Logique.

Overdose de liens insignifiants

D’un côté, il y a ceux qui partagent les articles de fausses nouvelles en croyant que c’est vrai.

De l’autre côté, il y a les histoires pseudo larmoyantes, pseudo terrifiantes, pseudo philosophiques, pseudo scientifiques, provenant de sites qui n’existent que pour générer des revenus, et qui recourent plus souvent qu’autrement au plagiat.

Aucune visibilité pour la page du blog

Si vous gérez une page sur Facebook, vous comprenez ce que je veux dire. Peu importe le nombre de gens qui aiment la page, il se peut que vos publications ne soient vues par personne. Et moins vos publications sont vues, moins c’est tentant d’alimenter la page. Et moins vous alimentez la page, moins les gens ont envie de l’aimer. Jusqu’à ce que vous abandonniez, comme je l’ai fait.

mais je ne supprime pas mon compte

Parce que je vis loin de ma famille et que c’est plus facile de garder contact via Facebook que via e-mail.

Parce que parfois, j’aime bien Facebook. Oui, ça arrive! Il y a quand même un ou deux groupes à peu près épargnés par la négativité et ça fait du bien, discuter avec d’autres adultes, même sur Internet.

Parce que je trouve pratique de pouvoir commenter les publications d’autres blogueuses en utilisant ma page Facebook.

Parce que certains de mes amis partagent des vrais articles, provenant de vraies sources, et c’est souvent intéressant à lire.

Parce que je conserve naïvement l’espoir que Facebook améliore un jour ses algorithmes. (Ça n’arrivera pas, hein?)

Parce que je suis trop paresseuse pour supprimer mon compte, à vrai dire.

Quelle est votre relation avec Facebook? Amour? Haine? Indifférence?

Quels sont vos réseaux sociaux préférés?

Publicités

3 commentaires sur « Facebook, je te hais »

  1. J’ai pensé supprimer Facebook pendant un certain temps, mais je me suis rendue compte que je me couperais de nouvelles d’amis qui n’en donne que par ce réseau et non par courriel, que je perdrais mes groupes de mamans et que je ne serais plus à l’affût de son fonctionnement qui change sans cesse alors que j’en aurai besoin pour mon futur travail palpitant en communications. Dans quelques années, je vais réévaluer la situation. 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s